Informations culturelles Australie

information culturelle pays australieInformations culturelles en Australie

Conversations
Je rencontre quelqu'un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?
Les Australiens font preuve d'une grande authenticité et par conséquent, la meilleure attitude que vous puissiez adopter est de rester naturel. En général, les gens se montreront respectueux de votre personnalité, ainsi que de vos origines.
Les sujets les plus faciles à aborder et les plus indiqués pour établir une conversation avec des personnes que vous ne connaissez pas vraiment porteront sur l'endroit d'où vous venez et celui où vous résidez actuellement, sur les circonstances qui vous ont amené en Australie et peut-être sur les études que vous avez faites et votre expérience professionnelle. En général, les Australiens adorent parler de régions et de cultures différentes car ils forment eux-mêmes une population multiculturelle. Il est en généralement préférable d'éviter les sujets controversés tels que la religion ou la politique, sauf si vous connaissez bien votre interlocuteur. La société australienne est ouverte et multiculturelle et à ce titre, vous devez partir du principe que ses membres ont des points de vue différents sur la religion, la politique, la sexualité, les rapports entre les sexes ou les races.
Dans l'ensemble, les Australiens aiment bien plaisanter et sont plutôt pince-sans-rire. Ils font preuve de beaucoup d'humour, ce qui constitue certainement le meilleur moyen de briser la glace.

Styles de communication
Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?
Le mode de communication préféré des Australiens varie en fonction de leurs origines culturelles et de l'éducation qu'ils ont reçue. Toutefois, les Australiens pourront vous sembler plus familiers dans leur façon de s'exprimer, le ton qu'ils utilisent et leur expression corporelle. En général, vous devriez vous tenir à une distance égale à un bras tendu lorsque vous parlez à quelqu'un face à face, mais cette distance sera moindre si vous êtes à côté de votre interlocuteur. Le contact visuel est habituellement considéré comme important car il est signe de sincérité et de confiance mais il faut préciser que les Australiens aborigènes ont de la
difficulté à regarder leur interlocuteur droit dans les yeux, cette attitude leur apparaissant exagérément conflictuelle. D'autre part, le fait de tapoter votre interlocuteur sur l'épaule ou le bras pour accompagner vos propos est généralement acceptable. Autrement, il est préférable d'éviter les contacts physiques, sauf si vous connaissez bien la personne. Dans le cadre professionnel ou dans un contexte conventionnel, la majorité des personnes se serrent la main pour se saluer. Dans un contexte plus familier, en famille ou entre amis, il est courant de s'embrasser sur la joue ou sur les deux joues entre un homme et une femme, ou entre deux femmes (généralement pas entre hommes). Dans l'ensemble, les Australiens se montrent assez directs pour exprimer leur point de vue et ils s'attendent à ce que les autres en fassent autant.

Démonstration des émotions
Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?
Les démonstrations publiques d'affection, de colère ou autres émotions sont acceptables jusqu'à un certain point, selon les circonstances. Les baisers sur la joue et les gestes d'affection non intimes sont acceptables et courants en public. Élever la voix suscitera une certaine gêne. Les Australiens sont connus pour leur décontraction et se montrent assez impassibles. Cependant, en raison du mélange qui caractérise la société australienne, certaines
personnes seront plus émotives que d'autres. Des démonstrations d'émotions très intimes ou extrêmes seront tolérées mais rares.

Code vestimentaire, ponctualité et formalité
Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?
Les Australiens, tout particulièrement dans les grandes villes, ont tendance à se vêtir de façon formelle. Certains lieux de travail commencent à adopter une tenue décontractée, mais il est préférable de porter d'abord un costume ou une tenue équivalente, et de vérifier ce que les autres portent.
Les collègues et les superviseurs s'appellent généralement par leur prénom, sauf s'ils sont très âgés ou très conservateurs. Il y a peu de différence dans la façon dont on s'exprime entre collègues et superviseurs et généralement, c'est le langage de tous les jours qui est utilisé.
Les dates d'échéance peuvent être assujetties à une certaine souplesse; la nature exacte de la tâche et les dates d'échéance devraient être définies au départ. La ponctualité est appréciée même si, là aussi, on fait preuve d'un certain degré de souplesse. Par contre, l'absentéisme est mal vu tandis qu'au contraire, la fiabilité est une qualité très appréciée.
Les horaires de travail peuvent être flexibles. Les employés peuvent ainsi commencer à 8 h, mais il est rare qu'ils quittent leur travail avant 17 h (sauf s'ils travaillent par équipes). Pour respecter certaines dates d'échéance, il arrive que les employés fassent des heures supplémentaires ou travaillent pendant la fin de semaine.

Méthodes de gestion
Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?
Un cadre ou un directeur est généralement respecté pour son éducation et son expérience dans le domaine, mais ses aptitudes à diriger et à communiquer influeront significativement sur ses relations avec ses subalternes et ses collègues. S'il est très qualifié mais difficile, il pourra apparaître ridicule, même si ce sentiment ne sera pas exprimé directement. En général, une attitude exagérément supérieure ou condescendante ne sera pas respectée, les Australiens ayant tendance à posséder un sens de l'égalité développé et à accorder les mêmes chances à tous. Parallèlement, le souci du travail bien fait et de bonnes aptitudes à diriger forceront le respect. Les Australiens peuvent faire preuve d'un certain complexe d'infériorité par rapport aux Nord-Américains et aux Européens, et en conséquence, ne pas facilement accepter au départ d'être supervisés par une personne étrangère. Toutefois, cette situation se résoudra facilement si cette personne parvient à établir certains rapports et accepte facilement les coutumes locales et les suggestions.

Hiérarchie et Prise de décision
Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d'aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?
Au travail, le fait que les décisions soient prises par la direction est communément accepté, bien qu'elles soient souvent examinées au préalable par un comité ou un groupe de travail, dépendamment du type de décision. Toutefois, les employés ne s'attendent pas à donner leur avis sur les questions de haut niveau concernant l'entreprise mais peuvent souhaiter fournir un certain apport au moment des décisions qui les concernent (tout particulièrement si celles-ci sont proposées par une personne non locale), par exemple par l'entremise d'un comité des employés ou autre assemblée. Les employés apprécient généralement les examens et les commentaires constructifs et certaines organisations professionnelles et grandes entreprises reconnaissent les avantages des séances de « rétroaction à 360 ° », qui permettent également aux employés d'évaluer leurs superviseurs et leurs directeurs. La communication et la rétroaction s'effectuent généralement entre l'employé et son superviseur, même s'il arrive que le directeur des ressources humaines y participe quelquefois si cela est nécessaire ou souhaitable dans certaines circonstances.

Établir des bonnes relations
À quel point est-il important d'établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?
Dans l'ensemble, les relations professionnelles sont distinctes des relations personnelles et il n'est pas nécessaire de nouer une relation personnelle particulière avec un collègue ou un client, quoique cela puisse évoluer naturellement dans cette direction si les rapports sont bons.
Nombreux sont ceux qui préfèrent faire la distinction entre vie professionnelle et vie personnelle et par conséquent, si une relation personnelle existe, peut-être qu'il n'en sera pas fait état dans le milieu professionnel. Il se révélera peut-être utile d'établir un certain rapport avec les collègues ou avec les clients en vue de faciliter les relations professionnelles.
Les Australiens ont les pieds sur terre. Il est avantageux d'établir une relation personnelle avant de parler affaires. Pour bien s'entendre avec les collègues ou les travailleurs, il vaut mieux se mettre à leur niveau. Prenez pour exemple le « syndrome du grand pavot », le grand pavot représentant celui qui est en meilleure santé, celui qui connaît les plus grands succès parmi tous les autres. Or, les Australiens n'aiment généralement pas les « grands pavots » et ne réagissent pas très bien à ce type d'autorité voir à nouer une étroite relation personnelle.

 

Source : http://www.intercultures.ca/

A propos du site Rubriques Partenaires
Copyright Ecoles de commerce Saint Bonnet Web
L'Auteur Partir en stage à l'étranger Nettoyage Lyon
Contact Les études de marché Arborea
Zone membre Le BTS CI Acheter un lien sur le site

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site