partie 1 chap 1 Les fondements de l'échange

Economie BTS CI 2ème année
Partie 1 Les relations économiques internationales
Chapitre 1 Les fondements de l’échange

I. Le libre échange
Libre circulation des biens, services, capitaux qui doit avoir comme conséquence première la spécialisation aboutissant à l’efficience économique. Tous les pays ne sont pas intégrés de la même manière au sein du libre échange. La protection reste élevée dans les domaines présentant un intérêt pour les Pays en voie de développement (PVD) avec l’agriculture par exemple, et les empêchent de s’imposer au niveau international. La protection se déplace vers d’autres obstacles que les droits de douane avec, par exemple, les subventions, droits de propriété intellectuels, politiques de concurrence mis en place par les Etats.

A. Théories du libre échange
1. A. Smith =  avantage absolu. Principe de spécialisation : chaque pays doit se spécialiser dans les secteurs ou ses avantages sont les plus élevés. A l’inverse, il compense en important. Résultat : gain économique global. Problème : certains pays n’ont pas d’avantages sectoriels.
2. Ricardo = avantages comparatifs : pas le meilleur mais le plus bénéfique des secteurs. Il se heurte à la concurrence mondiale et doit donc faire des efforts de productivité et donc finira par devenir le meilleur.
3. Théorème HOS (Hechsher, Ohlin, Samelson) = l’avantage comparatif d’un pays ne résulte pas uniquement de la productivité mais de l’ensemble des facteurs de production possédés par le pays.

    B. Les nouvelles théories

3 critiques -> aujourd’hui le commerce se développe le plus entre les nations développées, entre les nations qui ont peu de différences.
-> Le commerce intrabranche est important et dynamique
-> Les FMN représentent aujourd’hui 1/3 du commerce mondial.
1. CI et économies d’échelle : Les firmes les plus efficaces dans un type de production ont donc intérêt à se spécialiser pour augmenter le volume global de production, diminuer les coûts et augmenter les exportations. Conséquences, seules les plus grandes firmes vont pouvoir se maintenir sur le marché mondial : taille critique.
2. Oligopole, différenciation des produits dans certains secteurs, il n’existe sur le marché que quelques entreprises puissantes qui tentent de différencier leurs produits pour obtenir à court terme un mini monopole.
3. Stratégies des FMN (firmes multinationales)
Un tiers du commerce mondial qui échappe au contrôle des Etats. Impact de la présence ou non des pays au niveau mondial

    C. Le libre échange en débat
Est-il facteur de croissance ?
-non : polarisation des pays, polarisation au niveau des pays
Pays développés= produits à haute valeur ajoutée (VA), PVD= Produits primaires
Polarisation au niveau des territoires, au profit des grandes métropoles, polarisation au niveau des firmes, au niveau des hommes (les + qualifiés)

Est t’il facteur de chômage ?
-oui : Ouverture des économies -> concurrence->restructurations
->course à la productivité
-> Perte d’emplois
-non : Ouverture ->nouveaux marchés
-> Augmentation des revenus->augmentation des emplois
Schumpeter : destruction créatrice.

CI et environnement ? Coût écologique du CI ?
-oui : course à la productivité : surexploitation des ressources naturelles (y compris des ressources renouvelables) + épuisement des ressources naturelles.

    II. Le protectionnisme
Instrument qui sera utilisé pour se donner les moyens d’affronter une rude concurrence.

    A. Les instruments
->barrières tarifaires : droits de douane
-> Barrières non tarifaires : quotas, contingentement / barrières techniques, administratives, réglementaires / normes (sécurité, qualité) / subventions
->Protectionnisme monétaire (dumping monétaire) : maintenir à un niveau artificiellement bas le cours d’une monnaie de manière à ce que les produits soient plus compétitifs au niveau mondial (cf le cours du dollar).
L’OMC ne peut rien y faire

    B. Justification
1. LIST : Il faut protéger les industries  naissantes. Lorsqu’un pays se lance dans la production d’un bien nouveau, il ne peut être compétitif, car les économies d’échelle sont insuffisantes, les délais d’apprentissage important, ainsi que les coûts fixes élevés.
-> L’Etat doit intervenir pour protéger l’industrie.
Attention ! Il faut un certain temps nombre de conditions pour que cela ne nuise pas au commerce international :
->Il faut pouvoir discerner les secteurs porteurs d’avenir
->Il faut déterminer le moment où l’industrie n’aura plus besoin de protection
->Il faut assurer que la protection n’empêche pas une industrie de fournir elle-même les efforts pour devenir compétitive
2. La politique commerciale stratégique : BRANDER/ SPENCER (années 80) : Un pays a intérêt à soutenir une entreprise lorsque la production de ses biens procure de fortes économies d’échelle, se situe sur un marché où la taille critique ne permet l’existence que de quelques firmes et permet la réalisation d’importants profits : le « super profit ».
3 actions possibles :
->financer les dépenses de recherche/ soutien de la recherche. Recherche=innovation=mini-monopole court terme=super profits=recherche…
->attribuer des subventions  (augmentation parts de marché=↗ production=éco. d’échelle=↘ coûts de prod.=…
->baisser les charges->↘prix=↗productivité=↗parts de marché=↗profits
↗investissement=↗production=éco. d’échelle.

    C. Les coûts du protectionnisme

->Risques de récession
->Perte de bien être global : rentes de situations et protection de l’industrie par l’Etat= surcoût pour le consommateur (arrêt des d’innovations)
->Destruction de l’esprit de la concurrence
->sclérose (destruction interne) de la capacité d’adaptation de l’économie
->retarde/ Limite les mutations donc pénalise le pays au niveau mondial

A propos du site Rubriques Partenaires
Copyright Ecoles de commerce Saint Bonnet Web
L'Auteur Partir en stage à l'étranger Nettoyage Lyon
Contact Les études de marché Arborea
Zone membre Le BTS CI Acheter un lien sur le site

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site