pharmaceutique

Résultats 1ere Journée

 

Saint-Pierre du Mont 6 – Amou 11

Narrosse 17 – Menditte 20

Ciboure 18 – Puyoo 13

Réal Soldevilla Campétois 15-Pomarez 8                                                                                                        réserves Réal Soldevilla 33 – Pomarez 5

La fusion entre Merck et Schering-Plough accélère la recomposition de l'industrie pharmaceutique

La consolidation s'accélère dans le secteur pharmaceutique. Le laboratoire pharmaceutique américain Merck vient d'annoncer l'acquisition de son compatriote Schering-Plough pour 41,1 milliards de dollars. Il s'agit de la deuxième opération d'envergure dans l'industrie aux Etats-Unis en quelques semaines. A la mi-janvier Pfizer avait en effet racheté Wyeth pour 68 milliards de dollars.

Le marché spéculait depuis des années sur un rapprochement entre Merck et Schering compte tenu des partenariats et des économies de coûts possibles sur leurs marchés. "C'était plutôt inévitable. Le secteur a besoin de consolidation car le marché des produits pharmaceutiques de marques ne va pas être le même que ces dix dernières années", a commenté Jeffrey Holford, analyste chez Jeferries, à Londres.

Merck et Schering-Plough, qui avaient chacun annoncé cet automne d'importantes réductions d'effectifs, cherchaient à se renforcer après les revers subis par leurs médicaments anti-cholestérol vedettes Zetia et Vytorin, dont les ventes combinées ont reculé de 26% au quatrième trimestre 2008.

L'opération devrait générer environ 3,5 milliards de dollars d'économies de coûts par an au-delà de 2011. Le titre Schering-Plough coté à Francfort a fait un bond de 30% à l'annonce de la transaction et globalement les valeurs pharmaceutiques profitent de l'OPA de Merck sur Schering-Plough.

Top des 10 des laboratoires pharmaceutiques

Société

Chiffre d'affaires 2008 en milliards de dollars

Pfizer/Wyeth*

75

GlaxoSmithKline

45,4

Merck/Schering-Plough*

42,4

Sanofi-Aventis

34,7

AstraZeneca**

31,6

Novartis**

25,5

Johnson & Johnson

24,8

Roche**

21,9

Eli Lilly & Co.

20,4

Bristol-Myers Squibb

20,6

   

Sources: sociétés

 

* *en 2007

 

* : pro forma

 

© Capital.fr

Le patron du groupe pharmaceutique britannique estime avoir l'obligation d'aider les pays pauvres en adaptant sa politique de prix et de contrôle des brevets. Il défie ses concurrents de suivre son exemple.

Le patron du groupe pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline ( GSK ) a dévoilé samedi les grandes lignes de sa nouvelle stratégie dans les pays en voie de développement, qui s'appuie notamment sur des tarifs inférieurs aux pays industrialisés et un partage des connaissances.
Andrew Witty, qui a pris la tête de GSK en mai 2008, a estimé dans un entretien au quotidien britannique The Guardian que les grands groupes pharmaceutiques avaient l'obligation d'aider les pays pauvres et défié ses concurrents de suivre son exemple.
Il a annoncé que GSK , numéro deux mondial du secteur pharmaceutique, allait réduire ses prix dans 50 pays les moins développés jusqu'à un niveau n'excédant pas 25% des tarifs pratiqués au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, voire moins si possible. Et dans les pays aux revenus moyens, comme l'Inde et le Brésil, les médicaments devraient être plus abordables.
Il a également évoqué un "pot commun de brevets" dans lequel les industriels pourraient partager des connaissances protégées par des brevets (composants chimiques, processus) importantes dans la recherche sur les maladies rares afin que d'autres chercheurs puissent en profiter.
M. Witty a indiqué que 20% des bénéfices réalisés par GSK dans les pays les moins développés seront réinvestis dans leur système de santé (hôpitaux, cliniques, personnel médical).
"Nous travaillons comme des forcenés pour trouver le prochain médicament génial, sachant qu'il va probablement être largement utilisé dans les pays développés, mais nous pourrions faire quelque chose pour les pays en voie de développement", a expliqué M. Witty au Guardian.
"Est-ce que nous travaillons aussi dur là-dessus? Je veux pouvoir dire que oui, et c'est ce dont il s'agit -essayer de s'assurer que nous sommes impartiaux dans nos efforts pour trouver des solutions pas simplement pour les pays développés mais aussi pour ceux en voie de développement", a-t-il poursuivi.
Les organisations humanitaires estiment que les brevets sur les médicaments empêchent les pauvres d'obtenir des versions génériques et meilleur marché.

A propos du site Rubriques Partenaires
Copyright Ecoles de commerce Saint Bonnet Web
L'Auteur Partir en stage à l'étranger Nettoyage Lyon
Contact Les études de marché Arborea
Zone membre Le BTS CI Acheter un lien sur le site

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site