danone

danone

Comment qualifieriez-vous l’année 2007 pour Danone ? Propos recueillis en avril 2008

Franck Riboud : 2007 a été une année historique. Le mot n’est pas trop fort. Nous avons mené quasi simultanément une cession majeure (notre pôle Biscuits) et une acquisition stratégique, la plus grosse jamais effectuée par le Groupe (la société d’origine néerlandaise Royal Numico). Nous avons aussi subi des vents contraires assez forts, comme la hausse spectaculaire des prix des matières premières, le mauvais climat de l’été européen, qui a pesé sur le marché de l’eau en bouteille, ou encore notre conflit en Chine avec notre partenaire dans Wahaha. Tout cela n’a empêché ni une croissance de nos ventes de plus de 7%*, un dynamisme que beaucoup nous envient, ni la progression de notre marge opérationnelle pour la treizième année consécutive… Ce sont, encore une fois, des résultats excellents. J’y vois la marque que notre modèle de croissance est réellement éprouvé, je dirais presque «tout-terrain», et que nos équipes sont incroyablement engagées… Nous sommes dans une dynamique très positive. C’est une très belle période pour Danone.

Quelle est la logique derrière la cession des Biscuits et l’achat de Numico, deux décisions qui semblent avoir été rapidement prises et concrétisées ?

F. R. : C’est, en fait, la même logique stratégique qui prévaut depuis plus de dix ans : le mouvement vers l’alimentation santé. Je ne suis pas en train de dire que les Biscuits étaient un métier sans avenir. Nous y avions des positions et des marques puissantes, une rentabilité forte, et les équipes avaient su retrouver de la croissance sur un marché globalement assez peu dynamique. Mais, en raison d’un différentiel de croissance avec nos autres métiers et aussi d’un positionnement différent, naturellement moins associé à la santé active, il y avait un risque réel pour ce métier de «dépriorisation» au sein du Groupe.
L’intérêt de Kraft représentait dans ce cadre-là une véritable et double opportunité que nous avions la responsabilité de saisir : pour les équipes Biscuits, l’opportunité de construire le leader mondial et de se trouver au cœur même de la stratégie d’un grand groupe ; et pour Danone, celle de pouvoir accélérer son développement dans l’alimentation santé. C’est ce que nous avons fait sans attendre en proposant à Numico de rejoindre la famille Danone.

Pourquoi votre choix s’est-il porté sur Numico ?

F. R. : C’est un choix presque naturel. D’abord, c’est le choix de deux métiers très orientés santé, à la fois rentables et en forte croissance mondiale : la nutrition médicale et la nutrition infantile, deux catégories complétant parfaitement notre portefeuille de marques et qui sont en parfaite résonance avec notre mission : apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre. Nous connaissons d’ailleurs bien le métier de la nutrition infantile. Depuis trente ans, nous gérons avec succès Blédina, leader incontesté du marché français, premier marché au monde pour la consommation par habitant en matière de nutrition infantile. L’acquisition de Numico nous donne une vraie puissance mondiale. C’est aussi le choix d’une pépite, une société en très forte croissance, ayant réuni une recherche performante et respectée, des équipes très affûtées, de très belles marques locales et qui présente une forme de proximité culturelle avec Danone.

source: www.danone.fr

A propos du site Rubriques Partenaires
Copyright Ecoles de commerce Saint Bonnet Web
L'Auteur Partir en stage à l'étranger Nettoyage Lyon
Contact Les études de marché Arborea
Zone membre Le BTS CI Acheter un lien sur le site

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×